Thérapie
3
min de lecture

La psychothérapie en ligne est-elle bénéfique ou souhaitable?

Considérations sur les risques et les dérives éthiques que posent la mode des sites de thérapies en ligne pour les patients.

Publié le
1/12/2023
Auteur:
Claude Lefort
Partager

Je souhaite partager quelques réflexions sur le sujet de la "thérapie en ligne", telle que proposée par certains sites spécialisés.

Je précise que le propos développé ici ne concerne pas les psychothérapeutes proposant des séances en ligne à leur patients de manière ponctuelle en cas d'impossibilité de déplacement.

De nombreuses activités différentes peuvent apporter guérison, soutien et croissance : le temps passé avec les amis, la famille et les amoureux ; l'exercice ; la pratique de la pleine conscience comme le yoga ou la méditation ; la pratique religieuse ; le service aux autres ; le travail de gratitude ; l'art ; la tenue d'un journal. La vie regorge d'options qui peuvent aider à résoudre les problèmes de la vie.

Aussi différentes que soient ces expériences, et elles sont fondamentalement différentes à bien des égards, elles peuvent toutes être thérapeutiques, significatives et précieuses ; en outre, elles ont en commun de ne pas être des psychothérapies. Ce que je veux dire, c'est que la "thérapie en ligne" n'est pas non plus une psychothérapie.

Je sais que tout le monde doit gagner sa vie, il n'est pas facile de trouver un créneau sur le marché encombré de la santé mentale, mais certains praticiens de la "thérapie en ligne" sont allés trop loin en ciblant des personnes vulnérables qui ont besoin d'aide en survendant les aspects pratiques et économiques.

Certaines personnes ont sans doute été aidés, surtout dans les périodes difficiles de confinement. Mais le fait d'avoir des clients satisfaits n'autorise pas automatiquement à qualifier de "psychothérapie" ces nouvelles pratiques médiatisées par la technologie et à les associer ainsi à l'expérience clinique. Ce faisant, on diminue la valeur de la psychothérapie et on augmente la stigmatisation de la recherche d'aide auprès d'un autre être humain en recherche de soutien. Imaginez l'absurdité des professeurs de yoga qui vanteraient la valeur des cours qu'ils proposent en se référant à des recherches documentant la sécurité et l'efficacité de diverses psychothérapies, de la TCC à la psychothérapie psychanalytique. Il leur suffirait de l'appeler "thérapie par le yoga" et de dire ensuite que la "thérapie par le yoga" n'est pas exactement comme la psychothérapie traditionnelle, bien qu'elle puisse être utilisée aux mêmes fins et qu'elle puisse en fait être aussi efficace. On en est pas loin...

La "thérapie en ligne" n'est pas une nouvelle forme de psychothérapie ; il s'agit d'une simulation technologique de la psychothérapie. Et comme toute simulation, elle a ses propres limites et est construite à partir de processus différents de ceux de la réalité traditionnelle simulée.

Les pays comme la Grande-Bretagne, ou le système de santé publique est au bord de l'asphyxie, font l'éloge des avantages économiques de la thérapie en ligne, ce qui n'est guère surprenant dans un pays ou un patient peut être obligé d'attendre des semaines, voir des mois pour consulter un psychothérapeute. Les études démontrant l'efficacité de ces nouvelles méthodes précisent tout de même qu'elles ne s'appliquent qu'aux thérapies cognitives et comportementales (TCC), et restent flou sur la méthodologie pour le moins subjective (questionnaire) qui vise à évaluer les résultats. On flaire le biais cognitif qui permet de valider et de promouvoir un peu vite une méthode dont on est obligé de faire usage faute de mieux, et qui permet surtout au gouvernement d'économiser sur les coûts et atteindre des objectifs quantitatifs.

Je ne vois pas d'inconvénient à ce qu'une personne décide de payer pour un échange vidéo avec quelqu'un d'autre. En revanche, j'ai beaucoup de mal à faire passer cet échange pour une psychothérapie. Voici quelques exemples concrets qui montrent que les simulations fournies par la "thérapie en ligne" sont fondamentalement différentes d'une psychothérapie réelle.

  • Sécurité et risque : L'une des caractéristiques fréquemment observées d'une psychothérapie efficace dans de nombreuses techniques et écoles différentes est l'existence d'une "alliance thérapeutique" positive. Dans l'alliance construite par les participants, les patients/clients doivent se sentir suffisamment en sécurité pour faire le travail souvent difficile ; il doit y avoir ce que Winnicott, le psychanalyste britannique, appelait un "environnement de maintien". Mais en l'absence de co-présence physique (le terme sophistiqué pour être dans une pièce avec quelqu'un), il y a une limite artificielle au sentiment de sécurité que l'on peut ressentir. Lorsqu'il n'y a pas de possibilité d'être lâché, c'est-à-dire toutes les conséquences charnelles de la rencontre de deux corps que les thérapeutes limitent, il n'y a pas de possibilité de se sentir tenu. Au lieu du confort et de la sécurité, la plupart de ce qui est possible en ligne est une absence de conséquences, et l'absence de conséquences n'est pas la même chose que la présence de la sécurité.
  • Empathie et connexion émotionnelle : Connaître l'esprit et le cœur d'autrui n'est ni magique, ni purement linguistique. Depuis la fin des années 1990, les neuro-scientifiques étudient les "neurones miroirs", des systèmes cérébraux qui permettent une sorte d'accès direct à l'esprit d'autrui. Par exemple, lorsque vous regardez quelqu'un grimacer, les neurones que vous utiliseriez pour effectuer la même action sont activés, ce qui génère une expérience directe de ce qui se passe dans l'esprit de l'autre parce qu'il se passe la même chose dans le vôtre. Même les thérapies en ligne basées sur la vidéoconférence ne peuvent pallier la perte de la co-présence physique, du moins pas aujourd'hui, car il est impossible de regarder quelqu'un dans les yeux et de regarder la caméra en même temps. Or, l'expérience de l'empathie dépend en partie d'un tel comportement de regard mutuel correctement synchronisé et de la qualité de l'écoute. Si les interactions en ligne peuvent donner le sentiment d'être compris, ce n'est pas du tout la même chose que le processus charnel et désordonné qui consiste à être réellement compris.

Par conséquent, si vous êtes un consommateur/client/patient et que vous envisagez d'obtenir de l'aide pour résoudre vos problèmes de vie en vous adressant à cette personne apparemment sage et gentille qui se trouve derrière ce site web intéressant, vous devriez peut-être prendre une grande respiration et vous demander si une simulation est ce que vous voulez ? Ce dont vous avez besoin ? Même s'il s'agit d'un premier pas vers un voyage réel, la simulation est-elle suffisante pour l'instant ? Si ce n'est pas le cas et si vous avez accès à un véritable thérapeute, quelqu'un avec qui vous pouvez vous asseoir et parler, j'espère que vous reconsidérerez les séductions de la technologie.

Et pour mes collègues qui repoussent cette nouvelle frontière, peut-être devriez-vous réduire la ferveur évangélique, peut-être même envisager d'indiquer clairement que ce que vous offrez est une simulation, et non le voyage réel qui a fait l'objet de décennies de recherche et d'étude.

Articles suivants

LIRE
Santé
5
min de lecture

Pourquoi consulter un psy?

Qu'est ce qui motive une consultation avec un professionnel de la psychologie, quand doit-on le faire et comment savoir s’il est judicieux de consulter.
LIRE
Santé
4
min de lecture

Qu'est que le counseling?

Comprendre la définition du counseling, son but et comment ces techniques peuvent vous aider pour résoudre des problèmes ponctuels.
LIRE
Thérapie
5
min de lecture

Comprendre les mécanismes de l'anxiété

L'anxiété est une émotion commune qui peut parfois devenir si intense et envahissante qu’elle nous fait perdre pied. Phobies, attaques de panique, troubles obsessionnels compulsifs, etc. Dans la population, 5 à 10 % des personnes sont la proie de troubles anxieux de manière chronique.